Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 21:21

Tout le monde veut que les faits relatés par le témoignage de Petit-Guillaume se produisent le 27 mai 1923. Un peu comme l'inspecteur de police qui aide le témoin à se souvenir d'une date précise qui arrange l'enquête.

Imaginons, que les faits soient réels mais qu'ils se soient produits le dimanche 13 mai 1923. Mais, c'est impossible direz-vous. Quemeneur était bien vivant, au moins jusqu'au 25 mai. C'est parfaitement exact.

Donc, Quemeneur a reçu un coup de chandelier Louis XV en bronze. Un peu de sang coulait sur le front. Il était sur le sol, recroquevillé, estourbi mais toujours vivant. Quand Seznec revient l'après-midi, dans un premier temps, il le croit mort. Lui qui pensait se renflouer sur le dos du riche négociant, il montre sa désolation. Finalement, il réalise qu'il est toujours vivant. Ils arrivent tant bien que mal à le réanimer. La suite, on l'a connait.

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 11:40

C'est probablement ce qu' Einstein pensait de la théorie de la gravité de Newton.

Voici 2 gravures datant de la fin du XIXe. La 1ere représente une salle à manger de style Louis XIII. Ces meubles sont massifs et plutôt imposants. Il y a une chaise, une table ronde avec un pied central et un buffet double-corps. Les meubles composant la salle à manger des Seznec sont quasiment identiques.

La 2eme gravure représente 2 canapés. Le 1er est de style Louis XIII et le 2eme de style Henri II. La salle à manger des Seznec à Traon-Ar-Velin est une petite pièce (voir la photo de cette pièce dans un précédent article). A l'époque, il y a une cloison entre cette pièce et la cuisine. La porte d'entrée principale donne sur un couloir. On accède à la salle à manger directement de ce couloir par une porte. Nous avons indiqué qu'il n'y avait pas de canapé lors d'un inventaire effectué le 17 juillet 1923. Nous pensons qu'il n'y a jamais eu de canapé dans cette pièce pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait pas de place pour un tel meuble.

Comme visible sur la photo, le sol est constituée de tomettes anciennes qui semblent être d'origine avec la maison. Le témoignage de Petit-Guillaume rapporté par Denis Langlois est que "Mon idée première, c'était ça. Il [Quemeneur] avait glissé sur la parquet ciré et sa tête avait dû cogner le canapé. C'était un canapé ancien avec des rebords en bois..."

Bien entendu, il ne s'agit pas de remettre en cause la totalité d'un témoignage uniquement sur un détail. Le témoignage humain doit être utilisé avec précaution. Si possible, il doit être corroboré par des indices matériels.

Meubles de style Louis XIII
Meubles de style Louis XIII

Meubles de style Louis XIII

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 09:41

La thèse que nous avons publiée dans notre ouvrage consistait à démontrer qu'il n'y avait jamais eu de trafic de Cadillac des stocks américains vers la Russie Soviétique. Donc ce trafic était une arnaque probablement organisée par un ou des escrocs américains. La disparition de Quemeneur pouvait être liée à cette escroquerie. Si Seznec n'avait pas tué, il était au mieux complice. En réalisant les faux, il savait que Quemeneur avait disparu à tout jamais. Nous pensons qu'il s'est débarrassé du corps dans les mines de la Ferrière-Bochard. Pierre Tallerie, soldat "private" à l'AEF était en 1919-1920 à Brest et il avait participé à plusieurs vols de Cadillac. Nous pensons qu'il était en relation avec Seznec.

Nos prochaines investigations consistent à consulter les archives nationales américaines à Washington notamment les archives du D.C.I. (Division of Criminal Investigation). Al Baker et moi-même avons des activités professionnelles et personnelles qui nous occupent. La date de ces recherches n'étaient pas planifiées à ce jour.

Inutile de dire que le livre de Denis Langlois nous a troublé. En connaissant ce témoignage, si nous étions juré à Quimper en 1923, aurions-nous un doute suffisant pour acquitter Seznec des charges de meurtre ? Le problème est que lors du procès, Petit-Guillaume aurait été interrogé à la barre. Toutefois, le témoignage relaté par Denis Langlois présente des faiblesses.

- Il s'agit d'un témoignage tardif et de seconde main d'un enfant à l'époque. Ce témoignage a été produit dans un cadre privé et il n'avait pas vocation à être diffusé publiquement. Petit-Guillaume ne s'est jamais rendu chez Denis Langlois pour l'informer directement. De plus, les bandes magnétiques ont semble t'il disparu. Sans autres éléments probants, la justice risque de l'écarter au motif qu'il n'est pas vérifiable. Nous avons quand même trouvé un élément qui confirme qu'il y avait bien une garniture de cheminée dans la salle à manger. Ce n'est pas grand-chose mais c'est un début.

- Quemeneur est vu le vendredi 25 mai 1923 à Houdan vers 22:15. Dans le témoignage, il réapparait un dimanche peut-être le 27 mai 1923 vers 11:00 dans la salle à manger de la maison Seznec à Morlaix. Comment ? Pourquoi ? il n'y a aucune trace prouvée de son passage. Où a t-il mangé, dormi ? s'est-il lavé ? qui a t-il rencontré ? qu'en est-il de l'objet du voyage ?

- Si Quemeneur est enterré à Traon-Ar-Velin, il va bien falloir faire des fouilles. On peut imaginer que les propriétaires des lieux vont être spécialement enthousiastes.

Après réflexion, nous pensons qu'il est nécessaire de transmettre un dossier beaucoup plus étayé à la justice. Nous proposons la création d'un groupe de travail. Ce groupe pourra être constitué de toutes les bonnes volontés. Il pourra être présidé par un sage, pourquoi pas Denis Langlois ? assisté d'un Directeur de Recherche, pourquoi pas Bernez Rouz ?

Nous pensons que Denis Le Her-Seznec doit se retirer et se faire oublier. Il a été beaucoup trop loin dans les mensonges pour garder la moindre crédibilité. Il est même devenu le boulet de l'affaire. Il ne comprend pas que cette affaire ne lui appartient pas. La recherche de la justice et de la vérité est notre fierté de citoyen. Il s'agit de nos valeurs communes d'hommes libres.

Dossier d'un témoin au procès Seznec © Baker/Vilain

Dossier d'un témoin au procès Seznec © Baker/Vilain

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 13:23

Le 28 aout 1923, le juge Campion convoque Seznec. Ce dernier a essayé sans succès de faire passer clandestinement une lettre à Marie-Jeanne. Dans ce courrier se glisse une phrase énigmatique : "Mets les outils sur le plancher de l'atelier comme si tu voulais les vendre et dis à Samson de venir t'aider". Le juge Campion décide d'aller vérifier dans l'atelier. Le plancher est défoncé. Le sol est sondé mais aucun cadavre n'est trouvé. Interrogé, Seznec indique qu'il s'agissait de faire plus propre et d'obtenir un meilleur prix à la vente de la scierie.

Cette phrase énigmatique nous a toujours interpellé. Nous ne savons pas exactement de quel atelier parle seznec. S'agit-il de l'atelier de la scierie, de la salle des machines, du garage ?

Il existe un petit bâtiment accolé au mur de la scierie (voir photo). Il est proche de la cuisine et il est utilisé aujourd'hui comme atelier. Nous ne savons pas s'il était déjà là en 1923 car il n'apparait pas sur la carte.

Petit-Guillaume parle d'une "sorte de cellier" à coté de la maison où il a vu faire des travaux. S' agit-il du même bâtiment ? Serait-ce un message codé de Seznec à Marie-Jeanne qui pourrait indiquer où le corps de Quemeneur serait enseveli ?

Maison Seznec : atelier

Maison Seznec : atelier

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 12:26

Voici 2 photos actuelles de la maison Seznec ainsi qu'une image d'archive. La véranda n'existait pas en 1923. Le bâtiment en pignon a été surélevé en modifiant la toiture.

Photo du milieu, derrière, à droite, se trouve l'ancienne scierie/saboterie. Le bâtiment a été surélevé dans les années 30. Derrière, à gauche, se trouve la maison Faudet. En fait, la maison Faudet a été détruite dans les années 1990. Une nouvelle maison a été construite sur le même emplacement. Le fils Faudet, Jules, avait été effrayé par une grande lueur provenant de la scierie en mai 1923. Cela avait alimenté l'hypothèse de la locomobile.

Maison Seznec Traon-Ar-Velin Morlaix © Baker/Vilain
Maison Seznec Traon-Ar-Velin Morlaix © Baker/Vilain
Maison Seznec Traon-Ar-Velin Morlaix © Baker/Vilain

Maison Seznec Traon-Ar-Velin Morlaix © Baker/Vilain

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 11:20

Selon Petit-Guillaume, ses parents auraient enterré le cadavre de Quemeneur dans une sorte de cellier à coté de la maison.

Il y a bien un cellier dans la maison. Le cellier est une pièce au niveau du rez de chaussée qui sert à entreposer les provisions et le vin. Dans l'inventaire, le cellier est noté sous l'appellation de "Cave". En 1923, il y a 3 barriques vides, une demi-barrique et environ 100 bouteilles vides. Sur la photo du haut, le cellier se trouve sur la gauche.

J'ai sous les yeux, des plans originaux de la scierie Seznec de 1923. La maison d'habitation ne dispose pas d'un cellier annexe. Derrière la maison, se trouve la scierie proprement dite, à gauche, il y a la salle des machines. De l'autre coté du bief, il y a un jardin, une écurie et un hangar. Enfin, a proximité de la RN12 et de la voie charretière, se trouve le garage.

Nous pouvons supposer que si une nouvelle demande de révision est déposée, des fouilles seront entreprises dans la maison et aux abords immédiats. Avant de tout casser, la police dispose de moyens d'investigation comme les radars de sol. Ces derniers permettent de savoir assez précisément ce qui compose le sous-sol sur une dizaine de mètres. A moins, bien sur, que Quemeneur ait disparu dans la locomobile.

La maison Seznec : le cellier

La maison Seznec : le cellier

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 10:27

Voici une photo récente de la salle à manger Seznec à Traon-Ar-Velin. Au fond, se trouve la cheminée à coté de laquelle Quemeneur aurait trouvé la mort selon le témoignage de Petit-Guillaume. Sur cette cheminée, en 1923, il y avait une garniture en marbre de style Louis XV composée d'une pendule et de 2 candélabres. Nous pouvons assez facilement imaginer qu'un chandelier Louis XV en bronze est une arme par destination assez redoutable.

La première pensée qui vient à l'esprit de Petit-Guillaume est que Quemeneur a glissé sur le parquet ciré et qu'il s'est cogné la tête à l'accoudoir en bois du canapé. Comme nous l'avons vu précédemment, il n'y avait pas de canapé dans cette pièce lors de l'inventaire effectué le 17 juillet 1923. Ce meuble a pu être déplacé entre le 27 mai et le 17 juillet 1923 mais pour quelle raison ? surement pas pour changer la décoration. Petit-Guillaume parle d'un parquet ciré mais le sol de la salle à manger était recouvert de tomettes anciennes datant probablement de la construction du batiment au XIXe. Ces tomettes sont visibles sur la photo.

Garniture de cheminée en marbre et bronze de style Louis XV
Garniture de cheminée en marbre et bronze de style Louis XV

Garniture de cheminée en marbre et bronze de style Louis XV

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 23:36

Hier soir, à Quimper, nous avons assisté à la conférence de Denis Langlois animée par Bernez Rouz. La salle était remplie et l'auditoire très attentif. Nous nous sommes procurés un exemplaire de "Pour en finir avec l'affaire Seznec".

Denis Langlois a expliqué ses objectifs qui consistent à obtenir la réhabilitation de Seznec. Il veut introduire le doute sur la réalité du meurtre de pierre Quemeneur. Le doute est basé sur le témoignage du fils du bagnard, Petit-Guillaume. Marie-jeanne, la femme de Seznec, aurait tenté de repousser les avances de Quemeneur dans la salle à manger de Traon-Ar-Velin. Dans la lutte, Pierre Quemeneur aurait reçu un coup de chandelier ou il serait tombé sur le rebord du canapé et il serait décédé.

Notre première réaction est que l'hypothèse Petit-Guillaume est séduisante. Elle explique un certain nombre de faits et de comportements restés incompréhensibles. Mais, elle pose aussi de nouvelles questions. Nous reviendrons dessus ultérieurement.

Petit-Guillaume donne 2 détails sur le mobilier de la salle à manger. Il y a une pendule avec un gros chandelier de chaque coté ainsi qu'un canapé ancien avec des rebords en bois. Nous avons vérifié l'inventaire de cette pièce de la maison d'habitation de Seznec. Il y a bien une garniture de cheminée composée d'une pendule en marbre avec des vieux candélabres de style Louis XV. La salle à manger est de style Louis XIII. Elle est composée d'un buffet, d'une table, de 6 chaises et d'une glace (probablement un mirroir). Par contre, on ne trouve nulle trace d'un canapé dans la pièce. Il y a bien un canapé dans l'inventaire mais il est dans une grande chambre. Le canapé n'est pas un meuble usuel des intérieurs bretons de 1923. La salle à manger fait office de living. On prend un verre ou le café dans cette pièce autour de la table.

Extrait de l'inventaire de l'habitation Seznec © Baker/Vilain

Extrait de l'inventaire de l'habitation Seznec © Baker/Vilain

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 14:00

L'Agence Bretagne Presse frise toujours autant le ridicule. Outre le fait de ne pas comprendre grand chose à l'affaire Seznec, elle nous mélange Langlois, journaliste gauchiste qui a sévit pendant le règne de Mitterrand sur les chaines publiques et Denis Langlois, avocat de la famille Seznec.

 

Petit extrait :

 

[Quimper] —Suspense à Quimper, car, Denis Langlois, journaliste d'investigation bien connu (affaire Clearstream) va donner le 12 février, à 20 heures 30, aux Halles Saint-François, une conférence au cours de laquelle, il dévoilera une information qui rebat une partie des cartes dans la résolution d'une énigme qui a soulevé d'énormes passions en Bretagne et ailleurs.

 

 

Quelques heures après, l'Agence Guignol Presse met à jour son article, Denis Langlois est devenu un "spécialiste des affaires judiciaires". Denis Langlois est avocat donc spécialiste du droit et impliqué dans certaines affaires judiciaires mais il n'est pas spécialement spécialiste des affaires judiciaires.

 

[Quimper] —Suspense à Quimper, car, Denis Langlois, spécialiste des affaires judiciaires, va donner le 12 février, à 20 heures 30, aux Halles Saint-François, une conférence au cours de laquelle, il dévoilera une information qui rebat une partie des cartes dans la résolution d'une énigme qui a soulevé d'énormes passions en Bretagne et ailleurs.

 

Le plus amusant est que pour réagir à un article de l'Agence Bretagne Presse, le troll est interdit et ce type de commentaire ne sera pas publié.

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 18:47
Bernez Rouz et Denis Langlois à Quimper le 12 février
Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article

Présentation

  • : Baker Vilain L'affaire Seznec
  • : Blog Officiel d'Albert Baker et bertrand Vilain concernant l'Affaire Seznec : nouvelles révélations éditions Coetquën 2011
  • Contact

Recherche

Liens