Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 11:13

Nous avons commencé nos travaux sur l'affaire Seznec après la décision de rejet de la Chambre Criminelle de la cour de Cassation du 14 décembre 2006. La décision était motivée et très argumentée. Par contre, elle laissait planer un doute sur le trafic de Cadillac :

 

"Attendu que, faute de démontrer la participation des protagonistes à un commerce clandestin et illégal, l'argumentation proposée, réduite à une critique du contenu du dossier d'information, est dépourvue de pertinence ; qu'au demeurant, les investigations accomplies par la commission de révision saisie en dernier lieu n'ont pas permis de trouver trace, dans les fonds d'archives ministérielles, d'un quelconque document relatif à un trafic d'automobiles étrangères, à l'époque précisément considérée ; qu'en revanche, il s'est effectué, au grand jour, notamment au Champ-de-Mars, jusqu'à la fermeture de ce "camp", le 23 février 1922, un commerce de véhicules et de pièces détachées d'automobiles, en provenance des stocks de l'armée américaine ;"

 

Le trafic de Cadillac était le fondement de toute la défense de Denis Le Her-Seznec et de ses 2 avocats. Il avait été évoqué par Guillaume Seznec. Selon le petit-fils, après la première guerre mondiale, il y avait eu un vaste trafic de Cadillac vers la Russie Soviétique. Ce trafic impliquait les plus hautes autorités de l'Etat. L'inspecteur-stagiaire de la Sureté Générale, Bonny, qui sera fusillé en 1944 pour trahison car ayant mis ses compétences au service de la Gestapo Française, aurait falsifié des pieces de la procédure. Il aurait fabriqué des preuves contre Guillaume Seznec pour protéger des personnalités.

 

Fin 2006, l'affaire Seznec était à la une de tous les journaux.  Al Baker disposait d'un fond d'archives sur cette affaire. Nous avons décidé de nous atteler à la tache. Faire des recherches sur le passé est à la base de nos métiers de brocanteur et d'antiquaire. La question était : "Y-a t'il eu un trafic de Cadillac vers la Russie Soviétique en 1923" ?

 

Cette question en appelait 3 autres :

 

- un trafic de Cadillac était-il possible en 1923 ?

- les Russes avait-ils besoin de Cadillac ?

- quelles étaient les relations commerciales avec la Russie Soviétique après la 1ere guerre ?

 

Pour répondre à ces questions nous avons étudié une documentation importante :

 

- les archives Cadillac, les registres, les manuels techniques d'époque et notamment un ouvrage publié en 1919 : "Cadillac Participation In the War".

- les journaux d'époque français et américains

-.les rapports de la commission Américaine en charge de la liquidation des stocks

- British and American commercial relations with Soviet Russia 1919-1924, Christine A. White University of North Carolina

- The big Show in Bololand, Bertrand Patenaude, Stanford Univeristy Press

- et bien entendu de nombreux autres ouvrages ainsi que nos archives personnelles

 

Nous avons rencontré de nombreux experts. Nous avons contacté des collectionneurs d'automobiles anciennes en France, en Russie et aux Etats-Unis.

 

A l'issue de nos travaux, nous avons démontré et prouvé qu'il n'y a jamais eu de trafic de Cadillac vers la Russie Soviétique en 1923. Accessoirement, nous nous sommes aperçus qu'un document important avait été falsifié et transmis à la cour de révision. Tous les détails sont dans notre ouvrage. Sans trafic de Cadillac, que reste t-il de toute cette affaire ? Un petit fait divers comme les journaux de l'époque s'en délectaient. En tout cas, pas de quoi en faire le symbole de l'erreur judiciaire.

 

Aujourd'hui, la publication d'un ouvrage relève de la mission de service public vers la vérité. Les droits d'auteur ne couvrent même pas les frais de documentation. Dernièrement, nous avons eu la désagréable surprise de découvrir sur l'internet des blogueurs glossateurs* et envieux, qui non seulement dénigrent notre ouvrage, ce qui est parfaitement leur droit, mais en plus, ils reprennent à leur compte nos travaux et ils s'en attribuent fièrement le mérite. De plus, ils n'hésitent pas à récupérer sans autorisation, ni demande préalable, des photos sous copyright selon le principe du cyber-écornifleur : "Tout ce qui est à toi est à moi et tout ce qu'on trouve sur internet est aussi à moi".

 

* mot a prendre dans le sens de celui qui copie et reformule souvent sans comprendre les propos des autres

 

Al Baker

Bertrand Vilain

 

cad-copie-1.jpg

Registre des ventes de Cadillac type 57 © Baker/Vilain

Partager cet article

Repost 0
Published by affaire-seznec
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Baker Vilain L'affaire Seznec
  • : Blog Officiel d'Albert Baker et bertrand Vilain concernant l'Affaire Seznec : nouvelles révélations éditions Coetquën 2011
  • Contact

Recherche

Liens